Événements / Review

Slipknot: un boucan de tous les diables au Hallenstadion

Slipknot en live! Quelle expérience! Âme sensible s’abstenir! On parle ici d’une soirée assourdissante, avec des roulements de tambour retentissants, des basses tonitruantes et des vociférations éructées.

Vu les sonorités sombres, agressives, bruyantes et rageuses auxquelles ils se laissent aller avec frénésie, les fans de death et nu metal semblent vouloir attirer sur terre tout ce qu’il y a de maléfique dans le cosmos. Et pourtant, rien de bien méchant ne se passe finalement lorsque le groupe apparaît sur scène sous les lumières vacillantes des projecteurs et les éclairs de feu incandescents. Au contraire: le concert du groupe culte du nu métal américain Slipknot au Hallenstadion est une véritable ode au rock, sombre et étrange, mais extrêmement joyeuse également – avec, en échauffement, le groupe de métal polonais Behemoth.

 

Croix renversées, symboles païens, cornes du diable – et un rock à faire trembler les murs: Behemoth fait monter la température parmi les fans de métal avant l’entrée sur scène des héros masqués de l’Iowa pour leur marche triomphale.

 

Dès le premier morceau, Slipknot entame son titre-phare «Unsainted», accompagné par une mise en scène qui, de loin, pourrait faire penser à un jeu vidéo d’un autre temps dans lequel le chanteur Corey Taylor et ses compagnons masqués vont et viennent tels de petits diables pixellisés trop bruyants.

 

 

Corey s’enflamme: devant la scène, un pogo sauvage fait rage. Dans les rangées du Hallenstadion, chacun retient son souffle face à l’énergie brutale qui se dégage du son et de la lumière que Slipknot déverse dans la salle.

 

 

Pendant les près de deux heures que durera le show, le batteur de Slipknot, Jay Weinberg, livre sur scène ce qu’il y a de plus impressionnant dans le monde des percussions. Le timing et la précision avec lesquels Slipknot enchaîne les chansons dans ses présentations live sont incroyables en dépit de ce que l’on pourrait penser n’être que du bruit, sans aucune structure. Au final, les fans jubilent. C’est éreintés, à bout de souffle, en sueur, mais aussi heureux, satisfaits et en liesse qu’ils reprennent la route, en paix, après un concert sombre et tonitruant.

 

Slipknot

Share post